Les vrais problèmes qui menacent une entreprise sont causés par des employés qui semblent travailler normalement, mais agissent comme un « cancer insidieux », détruisant lentement le moral de ses collègues et finalement la performance de l’entreprise. Il faut vite les déceler et les éjecter de l’entreprise par tous les moyens légaux possibles. Voici des signes, difficiles à cerner, mais qui indiquent clairement qu’un employé est en train d’empoisonner votre entreprise.

  1. Les commérages.

Non seulement les employés qui créent une culture du dilatoire par des bavardages sur des sujets qui n’ont rien à voir avec le travail, mais aussi ils incitent d’autres employés à dénigrer leurs collègues. Or tout ce qui vise à diminuer la dignité d’un employé, quel que soit le grade ou la fonction, ne doit jamais être toléré au sein d’une entreprise.

  1. La réunion après la réunion.

Pendant une réunion, les questions sont soulevées. Les préoccupations sont partagées. Les décisions sont prises. Tous les participants soutiennent pleinement ces résolutions. Puis quelqu’un tient la « réunion après la réunion » pour dire qu’il est en désaccord avec les décisions prises. Ces types d’employés doivent aller travailler ailleurs ou, tout simplement, créer leur propre entreprise.

  1. « Ce n’est pas mon travail. »

Un employé doit exécuter toutes les tâches que son employeur lui demande – tant qu’elles ne sont pas contraires à l’éthique, la moralité ou la légalité. Par conséquent, un employé doit être prêt à effectuer une tâche, même si elle est « en dessous » de la fonction définie dans le contrat de travail. Dire : « ce n’est pas mon travail » signifie : « Je ne me soucie que de moi ». Une telle attitude détruit la performance collective, car elle transforme rapidement ce qui aurait pu être une équipe soudée en un groupe dysfonctionnel.

  1. L’expérimenté.

L’expérience est certainement importante, mais l’expérience qui ne se traduit pas par de meilleures compétences, de meilleures performances et une plus grande réussite est sans valeur. L’expérience sans finalité est un « déchet ».

Dans le monde du travail, on ne se compare pas aux autres ; on se compare à soi-même. Dire « J’ai plus d’expérience » c’est comme dire : « Je ne dois pas justifier mes décisions ou mes actions. » L’Expérience (ou la position) ne devrait jamais être un argument suffisant. La sagesse, la logique et le jugement doivent toujours l’emporter sur toutes les autres considérations.

  1. L’égocentrique

Un bon employé attribue la gloire et la réussite aux autres. Il loue. Il apprécie. Il laisse les autres briller. Cela est particulièrement vrai pour un employé manager ou dans une position de leadership – il célèbre les réalisations des autres en ayant la certitude que ce succès rayonnera sur lui aussi.

Dire « j’ai fait le travail tout seul » ou « c’est mon idée » signifie « le monde tourne autour de moi, et tout le monde doit le savoir. » Et même si d’autres personnes ne partagent pas cette philosophie, elles accepteraient mal d’avoir à se battre pour une médaille qui leur revient mais qui sera attribuée à un prétentieux.

  1. jeter la pierre

Un bon employé est celui qui accepte d’endosser la faute d’un collègue. Il n’y a pas d’actes plus généreux et louable que de prendre un coup immérité. Ce genre de réaction cimente une relation, une équipe. En revanche, dire « Ce n’est pas moi », surtout lorsqu’on est en partie responsable, est un acte hautement égoïste. Dire « Vous devez parler à x ou y » revient à dire : « Nous ne sommes pas tous sur la même longueur d’onde ». Dans une entreprise on est ensemble dans les bons comme dans les mauvais moments.

Notis©2016